Mogador-Taghart-Essaouira _ آلصويرة. ثاغارت. موكادور
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Ma ville
أهواك ! مدينتي أهواك يا مدينتي دون غيرك لأني رئيت آلنوربين ظهرانك أهواك حتى لا أهوى سواك ليرفرف ألقلب والفؤاد لك أنا منك مهما أبعدوني عنك وسيضل ألحنين يشدني إليك لن يرتاح البال حتى أزورك ولن تنام عيني حتى أتفقدك لقد قالوا عنك مدينة ألرياح وأجمعوا لك وإليك كل آلسواح بأنكي قبلتهم وراحتهم فقصدوك كثيرا منهم عمروك وأسكنوك وآخرين تملكوا واستثمروا بك فما مكانتي بين هؤلاء وهؤلاء فلا حول ولا قوة لي إلا صبري لا حيلة لي ألا دمعتي وحزني عليك

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Galerie


Le Coran/القرآن الكريم

Les Régragas sous le protecorat colonial

Aller en bas

Les Régragas sous le protecorat colonial

Message  ibrahim le Mer 26 Mai - 23:01





Re: Les Régragas sous le protecorat colonial



ibrahim Hier à 21:44


<BLOCKQUOTE>Magdoul a écrit:cher ami si brahim
tu détiens un troisième point de vue qui nous a fait défaut jusqu'à présent
le premier étant celui de la khaima et ses chefs de zaouiya
le deuxième celui de la taifa d'akermoud et la fiancée actuelle famille Nassoh
le troisième donc (oh! combien intéressant pour la recherche ) celui de la fiancée des années de l'aube de notre indépendance? un peu plus loin?
cher si brahim creuse encore et encore cherches non dans les ecrits qui font défaut un une mémoire orale Cherche creuse provoque les personnes àagées encore en vie dans ton entourage
je confronterais tes témoignages avec ceux d'autres vieux regragui
la légitimité du pouvoir... qui est le chef ? qui l' été ? pourquoi ce déplacement de guide? qui détrone les chefs des regraga ? dans quelles circonstances ? etc...pouvoir terrestre ou spirituel? et caetera
autant de questions qui en susciteront d'autres et auxquelles nous aurons le plaisir d'essayer de répondre
merci encore
merci pour la photo du père qu'Allah l'ait en sa sainte miséricorde
et à la prochaine
</BLOCKQUOTE>
salut à tous
bonsoir cher Magdoul
tu as raison il faur creuser et chercher au fond pour dévoiler d'autres secrets sur les Régragas
ce n'est pas facile mais il faut oser .
une chose est certaine dans notre région il ya gens agés , je me rappelle de la mère de si Omar
qui vendait les légumes à coté de la Zaouia des Régragas était morte à l'age de 118 ans on l'appelait Jedda Abouch
ma grand mère maternelle a vécue 115 ans on l'appelait Jedda Tahra Amriya et d'autres qui ont dépassés les 100 ans.
cordialement


_________________
Avec Mes Amitiés
Ibrahim



récrire l'histoire des regraga




Magdoul Hier à 18:53

cher ami si brahim
tu détiens un troisième point de vue qui nous a fait défaut jusqu'à présent
le premier étant celui de la khaima et ses chefs de zaouiya
le deuxième celui de la taifa d'akermoud et la fiancée actuelle famille Nassoh
le troisième donc (oh! combien intéressant pour la recherche ) celui de la fiancée des années de l'aube de notre indépendance? un peu plus loin?
cher si brahim creuse encore et encore cherches non dans les ecrits qui font défaut un une mémoire orale Cherche creuse provoque les personnes àagées encore en vie dans ton entourage
je confronterais tes témoignages avec ceux d'autres vieux regragui
la légitimité du pouvoir... qui est le chef ? qui l' été ? pourquoi ce déplacement de guide? qui détrone les chefs des regraga ? dans quelles circonstances ? etc...pouvoir terrestre ou spirituel? et caetera
autant de questions qui en susciteront d'autres et auxquelles nous aurons le plaisir d'essayer de répondre
merci encore
merci pour la photo du père qu'Allah l'ait en sa sainte miséricorde
et à la prochaine




Les Régragas sous le protecorat colonial




ibrahim Hier à 15:04


Les Régragas sous le protectorat colonial

Et la suspension du Daour





J’ai beau cherché dans des livres, des écrits et ailleurs dans l’histoire sur les Régragas en période coloniale sur le comportement du colonialisme vis à avis de notre confrérie des régragas. Malheureusement mes recherches sont restées vaines et inassouvies, alors je me suis basé sur ma mémoire d’enfant et du vécu en tant que fils de la fiancée des Régragas à cette époque pour vous raconter en exclusivité sur ces pages ce qui suit. En effet vers l’âge de 7 ans ou 8 ans ce qui correspond aux années 53 ou 54 je me rappelle un jour feu mon père est rentré furieux à la maison car il avait reçu la mauvaise nouvelle que le Daour est suspendu .


En servant le tagine à table , le père n’avait pas d’appétit et il lança à ma belle mère : « Régragas Lahrarar ne laisseront pas les colons faire , et ils ne peuvent pas nous empêcher de ce rituel sacré que nous avons hérité de loin » .Une semaine après la fiancée des Régragas s’habillas de ces beaux vêtements (Frajiya,Caftan en Mlef,Djellaba en Sousdi et Selham en laine) et alla joindre à Akermoud son compagnon de route un brave homme nommé Abdellah Ould Lagdaa qui ne reculait devant rien lui aussi pour un périple voyage à Safi afin de rencontrer le Caïd Tahar Ouassou. Effectivement la rencontre de Safi a apporté ses fruits malgré de rudes pourparlers et négociations après consultation des hautes instances le Caïd se plia et donna satisfaction aux deux représentants des Régragas .

La nouvelle de la reprise du Daour était très bien accueillie
En ville et dans toute la région celle des Chiadmas,Hahas et même Abda sous les youyous « Zgharides » .

A retenir qu’en cette époque toutes les festivités étaient suspendues par le colonialisme afin d’interdire les attroupements de gens car ce genre de choses fait l’union du peuple qui est resté dévoué et attaché à son Roi et fait peur aux colons, alors ils faisaient tout pour limiter les risques du soulèvement et du danger qui les guettaient à chaque moment. Je mémorise encore cette reprise du Daouar qui est une fête pour nous tous petits et grands, les préparatifs battaient leur plein pour accueillir la rentrée victorieuse des Régragas à Mogador. De son coté la fiancée des régragas prend tous ses dispositions pour être au rendez vous de ce grand jour en réservant la jument blanche qui appartenait au premier entrepreneur dans la ville (le père du fameux et mythique mami), la faire baigner à oued ksob , la soigner au mieux pour être belle pour le jeudi. Quant à la fiancée qui n’est autre que Lhachmi Karmoudi Zeroual il préparait ses beaux vêtements traditionnelles pour bien se distinguer du reste. Hélas à nos jours on constate une dégradation frappante de cette « Hiba » des Régragas qu’il faut revoir pour la bien préserver et lui donner une grande importance.

Pour conclure ces lignes de mes mémoires d’enfance je vous cite quelques mots que récitait la Taifa et qui sont restés gravés.


Ho ! Gens bien bénis
Nous sommes venus vers vous
Nous implorons Dieu et son prophète
De nous arroser de votre bassin.


pour ceux et celles qui n'ont pas connu
la fiancée des Régragas des Années 40-50 et 60
voici sa photo en éxclusivité , la seule que je possède d'ailleurs

avatar
ibrahim
Admin

Localisation : casablanca
Age : 73
Date d'inscription : 09/11/2009
Messages : 681
Points : 1356
Réputation : -1

http://taghartmogadorsouira.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum