Mogador-Taghart-Essaouira _ آلصويرة. ثاغارت. موكادور
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Ma ville
أهواك ! مدينتي أهواك يا مدينتي دون غيرك لأني رئيت آلنوربين ظهرانك أهواك حتى لا أهوى سواك ليرفرف ألقلب والفؤاد لك أنا منك مهما أبعدوني عنك وسيضل ألحنين يشدني إليك لن يرتاح البال حتى أزورك ولن تنام عيني حتى أتفقدك لقد قالوا عنك مدينة ألرياح وأجمعوا لك وإليك كل آلسواح بأنكي قبلتهم وراحتهم فقصدوك كثيرا منهم عمروك وأسكنوك وآخرين تملكوا واستثمروا بك فما مكانتي بين هؤلاء وهؤلاء فلا حول ولا قوة لي إلا صبري لا حيلة لي ألا دمعتي وحزني عليك

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Galerie


Le Coran/القرآن الكريم

Essouira ma belle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Essouira ma belle

Message  ibrahim le Jeu 16 Sep - 10:56

Chronique d'abonnés
Essaouira, ma belle



par louise gaggini, L'ART, la vie, l'amour...IN VIVO 03.09.10

Roms, gitans, Israël, précarité...
Mais parler aussi du bonheur, des jolies choses, de ce plaisir qui nous répare, et vers lequel on tend. Le plaisir comme une source de vie...
Alors, aujourd'hui, dire Essaouira.
La beauté des villes qui barrent les mers et se dressent, blanche et debout face à la force des éléments, me bouleverse. Toujours.
Et celle d'Essaouira plus qu'aucune autre.
Quelque chose avec elle, d'essentiel qui serait des femmes et de l'eau, du liquide amniotique où la vie s'accomplit...

à l'abri sur sa presqu'île et derrière ses remparts, c'est dans l'impudeur de ceux qui possèdent la beauté qu'Essaouira surgit sur l'horizon. Blanche d'abord, regardée depuis la plage, puis bleutée des entrées maritimes qui nuageuses flottent au-dessus de ses murs...
Il y a toujours dans ces villes blanches qui surplombent les mers, une puissance particulière, faite de plénitude et d'accomplissement, d'intemporalité, comme si jamais rien n'avait pu altérer quelque chose qui au fond ne serait pas des hommes, et seulement donné à nos yeux par un artiste compatissant qui tiendrait du divin.
Mais, à Essaouira la sensation est plus forte, et intense, et l'on est d'autant plus surpris lorsqu'on entre dans la ville, du mouvement qui la porte.
Je n'avais pas assez d'yeux et de sens pour voir et entendre, et ce fut tout au long des ruelles et des rues empruntées, comme un livre d'art dont les pages auraient tourné à me donner le vertige.
Les siècles sont passés sur le monde,
bouleversant les frontières et séparant les hommes, mais sur la ville fortifiée
des îles Purpuraires, ils n'ont rien dérangé.
À Essaouira l'histoire s'est suspendue et le phare de Sidi Magdoul avec la Porte de la Marine veillent toujours sur l'antique Mogador et sur ses transactions marchandes, défiants à la fois les envahisseurs, l'océan, l'incertitude des sables et le cours du destin.
À l'égale de Venise et Gênes, et ainsi que l'a voulu son fondateur Sidi Mohammed Ben Abdallah, la ville fut vouée au commerce et à l'échange des richesses, mais si le port et la pêche sont ancrés en elle ainsi que dans tout esprit insulaire, c'est l'art, la peinture et l'artisanat, le travail du bois, de l'argent et du fer avec celui des cotons et des soies, qui sont au cœur de la cité à qui son aspect rectiligne, malgré l'impression d'enchevêtrement, a donné son nom : Essaouira « la bien dessinée ».
À Essaouira, on invente, on fabrique, on achète, on vend, on répare, on discute, on parle, on boit du thé dans des boutiques obscures et des échoppes étroites, à peine des entrées d'immeuble, mais aussi dans des riads dont les siècles, le sable et l'humidité de la mer ne sont pas parvenus à réduire la prestance. Les bois sont brisés et rafistolés souvent avec peu de moyens et ceux qui montent dans les étages et entourent les patios ont perdu leurs couleurs, mais de ce gris vermoulu, de l'approximation des pierres qu'ils soutiennent, naît une autre grâce, plus indulgente, et humaine...
Une ville ouverte donc sur l'Atlantique. Un souk, un marché où ce qui dominerait serait la création, l'art, le bleu et le blanc avec le bruit de la mer, dans une sérénité que même le piaillement goulu des mouettes et l'odeur âcre du poisson n'altèrent pas. Plus, ils y contribuent, et lorsqu’au moment des festivals la ville entière chante sous les étoiles, la moindre particule d'Essaouira jusqu'alors indolente, fusionne avec les milliers de touristes venus écouter et respirer, bouger au rythme voluptueux d'une musique tribale, et qui retrouve là et d'instinct des choses qu'ont dit païennes.
Des jours qui transforment la douce Essaouira en une vierge folle, mais tandis que l'effervescence s'empare de la ville, elle du haut de ses remparts, sirène redevenue, nous renvoie à l'Odyssée, au désir et à la séduction. Au plaisir. À la vie en somme.
Et en ces temps de doute et d'arrogance, de batailles et d'ère mortifère, on voudrait bien que le slogan « Faites l'amour pas la guerre » soit de nouveau d'actualité. Tant qu'à se perdre dans l'excès qu'au moins il soit heureux...

_________________
fraternellement Ibrahim
avatar
ibrahim
Admin

Localisation : casablanca
Age : 72
Date d'inscription : 09/11/2009
Messages : 681
Points : 1356
Réputation : -1

http://taghartmogadorsouira.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum