Mogador-Taghart-Essaouira _ آلصويرة. ثاغارت. موكادور
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Ma ville
أهواك ! مدينتي أهواك يا مدينتي دون غيرك لأني رئيت آلنوربين ظهرانك أهواك حتى لا أهوى سواك ليرفرف ألقلب والفؤاد لك أنا منك مهما أبعدوني عنك وسيضل ألحنين يشدني إليك لن يرتاح البال حتى أزورك ولن تنام عيني حتى أتفقدك لقد قالوا عنك مدينة ألرياح وأجمعوا لك وإليك كل آلسواح بأنكي قبلتهم وراحتهم فقصدوك كثيرا منهم عمروك وأسكنوك وآخرين تملكوا واستثمروا بك فما مكانتي بين هؤلاء وهؤلاء فلا حول ولا قوة لي إلا صبري لا حيلة لي ألا دمعتي وحزني عليك

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Galerie


Le Coran/القرآن الكريم

Appelez-moi Providence

Aller en bas

Appelez-moi Providence

Message  ibrahim le Dim 10 Oct - 8:51



ibrahim Aujourd'hui à 20:48



Salut à tous

Bonsoir les amis

Certes chacun de nous est fier de ses origines, on essaye tous de mettre en évidence la dimension magique de notre Mogador ou plutôt d’Essaouira l’ensorceleuse.Nos racines des alizés nous permettent de projeter une immense lumière sur le charme de notre cité et son histoire plus que millénaire et plaque tournante d’un passé glorieux et de son renouveau d’aujourd’hui.Nous avons découvert tôt le vrai savoir vivre et les réelles valeurs de la vie de notre amalgame de culture qui nous entourait. Il est bien évidant que la culture, l’artisanat et les traditions de notre ville, ont été et sont encore des valeurs omniprésentes qui se mêlent et se marient pour nous donner la naissance de cet envoutement extraordinaire qui s’exerce sur chacun de nous pour garder une image sublime et attractive de la belle cité.Son architecture bien étudiée, sa médina artisanalement dessinée, ses rues et ruelles admirables, cachent en elles une vie pleine de souvenirs.Le port, les scalas, Bni antar ,Chbabnate, Addaka, Chrib Atay , les bijoutiers , les marqueteurs, le Mellah , Arrahba avec Souk Laghzal , Jouttiya et Lablassa d’Alhout, Souk Ouka et Mellah Lakdim, Alkhouddara et Al Haddada , les Attaras et Derb Laalouj, Al Kasbah et syndicat, Al Menzah et son Jardin .Taghart et son sable fin .Bab Marrakech et Souk Al Fakhar et leur beau Jardin.Laarassi et leurs légumes .Achoura et son Charabate . Tous ces coins et ces traditions sont bien gravés dans nos mémoires et qui font de nous tous des nostalgiques biens avertis. Arabes, Berbères, Chrétiens et Juifs vivaient dans une harmonie exemplaire, dans un respect mutuel et une cohabitation parfaite dans une grande famille de toutes confessions confondues.Parmi les gens de Mogador, je pense que la majorité a quitté la ville pour poursuivre leurs études ailleurs Safi, Marrakech, Agadir, Rabat et Casablanca) et qu’une minorité sont aussitôt revenus afin d’y travailler, surtout dans l’enseignement et par manque de débouchés le reste n’avait pas le choix de faire de même et il a immigré ailleurs. Dans les années soixante une vagues de souiris a préférée quitter la ville pour d’autres cieux pour l’Europe surtout en France, ajoutant à cela le départ des Juifs pour Israël et le retour des coopérants chez eux.Tout ce mouvement a bien contribué à un autre mouvement celui de l’exode rural et à permis à d’autres gens d’ailleurs de s’y planté pour combler le vide.Pour le retour au bercail comme a été écrit précédemment il se fait timidement car la complexité des faits n’arrange pas les choses dans bien des cas, qu’il faut comprendre dans la mesure où on se met à leur place.
Ce n’est pas un oubli ou une indifférence envers leur ville, mais c’est une autre réalité due au changement subi par leurs familles respectives qui tarde ce retour imminent au bercail.






_________________
Avec Mes Amitiés
Ibrahim



ibrahim
Re: Appelez-moi Providence


Hifad Aujourd'hui à 9:01

Partir ou rester n'est qu'une illusion : on ne peut échapper à son destin.C'est vrai que pour ceux qui restent , ils regrettent un petit plus sur le plan matériel mais sur le plan humain et spirituel , personne d'entre nous ne peut renoncer à son passé et à son identité.Essaouira reste à fleur de peau , derrière un bout de chanson , un visage qui réapparait brusquement , une photo, une nouvelle , bonne ou mauvaise , parfois un rêve qui vous force le lendemain d' y aller sans savoir pourquoi , le fait de marcher à travers ses ruelles comme si vous ne les avez jamais vues pour charger de nouveau vos batteries d'énergie souirie , ou un ultime adieu , revoir les gens raser les murs , sentir l'odeur du moisi , voir les enfants jouer aux mêmes jeux de jadis , surtout écouter ces cris , ces paroles étouffées des femmes qui papotent sur le seuil d'une maison , les appels des marchands "a men 3andou qra3i lbi3 !" etc .Ici et ailleurs , de près ou de loin , on ne peut que revenir , rejouer indéfiniment comme aux jeux de hasard .On veut à chaque fois tenter sa chance , rencontrer la fille ou le garçon d'hier qu'on a aimé et qu'on a pas pu avoir ou garder par insouciance ou folie , refaire sa vie , éviter les anciennes erreurs , revivre les beaux moments , nos beaux jours de chance , obtenir la bonne note tant rêvée, rendre service, être reconnu , remercié et estimé , rendre à ces lieux un peu du bien qu'ils nous ont procuré , ne pas partir sur sa faim , ne pas mourir avec quelque chose sur le cœur et la conscience , enfin se reposer sur ce lieu sacré qui nous a vu naître et rien de plus, rien de plus!



_________________
Amazighement,Mohammed Hifad




Hifad




Re: Appelez-moi Providence



Oum Kajja Aujourd'hui à 4:18

Bonjour Mr. B
Il y a de la joie et de la tristesse à appréhender cette légende née accidentellement de votre imagination, et qui décrit admirablement le couple Eole/Aïcha Kandicha dont l’humeur versatile des Souiris assure la descendance. On peut y déceler la nostalgie de ceux qui sont partis avec des cataplasmes sur leurs plaies qu’ils exhibent du plus profond de leur conviction, et celle de ceux qui sont restés fidèles « au poste » avec leurs regrets. Démembrement, c’est le premier mot qui me vient à l’esprit… Mais l’amour commun porté par tous les enfants que nous sommes à notre mère-Souira nous confère cette hardiesse d'en débattre à coeur ouvert qui n’appartient qu’aux fous et aux téméraires, et c’est la preuve par deux de la particularité de nous autres.

Pour citer certains regrets publiés sur une autre rubrique de ce forum par certaines personnes restées dans le giron maternelle, je dirai que toute personne cherche la couleur qui convient le mieux ses rêves, et en fonction de ses aspirations, elle reste toujours maîtresse de prendre celle qui correspond à ses choix. Dans le cas présent, il suffit de décortiquer les motifs et les contraintes qui ont poussés les uns à partir et les autres à rester.

Reste ce bonheur sans voile de votre généreuse invitation de retour au bercail, qui a le mérite de nous offrir ce voyage délicieux à déambuler dans les ruelles et les rivages du temps qui a bercé notre enfance.
Merci pour ce cri de cœur !
Oum






Oum Kajja




Appelez-moi Providence



bihich46 Hier à 15:46

Pour sûr que notre Mogador est soit possédée par les esprits qui hantent les zaouias des multiples confréries inta-muros,sous l' oeil bienveillant du saint patron de la ville,Sidi Mogdoul,soit possède quelque pouvoir surnaturel qui lui confère la Possession de ses habitants et visiteurs.
Selon une légende née accidentellement de ma propre imagination,cette cité doit être le fruit improbable,par parthenogenèse,d'Eole dieu du vent,comme chacun sait et surtout subit au quotidien,et de quelque Aicha Kandicha de la mythologie Grècque,relation extra-conjugale tout aussi aléatoire que fictive,vous l' aurez deviné de vous-même.
L'emprise de cette cité est telle que "manger sberdila" est un doux euphémisme,un amuse-gueule par rapport à la dépendance passée,présente et future:une possession irréversible!vous y faîtes acte d' allégeance corps et âme et telle l' abeille vous avez beau butiner de part le monde,vous revenez indéfiniment à la rûche,et par quelque Bab que vous rentrez dans sa médina,vous êtes sous sa coupe,sa bénédiction,sa protection...Taslim!
Quand l' ambiance du foyer,cité plus haut,est au beau fixe,le ciel y apporte sa bénédiction météorologique et vous gratifie de splendide journée engendrant une joie populaire contagieuse,une impression générale que tout le monde "plane"(en marge de toute consommation de produit illicite) l' euphorie quoi!...bi koudrati Kâdir. Alors,de la médina,telle une fourmillière une armada d'individus,de femmes et d'enfants,jeunes et moins jeunes sortent de nulle-part,de quelque part et même d'ailleurs car l' alerte est donnée dès le petit matin par les mouettes/ââoua,Les hommes se mettent sur leur trente et un,les femmes se parent et se fardent à loisirs,Taghart se transforme en Copa cabana et en lieu flirt...voilé,je vous dispense de Mellah lakdim,Souk jedid et bab Marrakech..Mais quand quelque scène de ménage de force 6/7 est en cours,les vociférations d'Eole sont telles qu'il vous faut sortir tous les lainages de la Création pour soulager vos corps frileux(l' obésité n' étant pas un fléau local)et soudain,tout aussi promptement,les visages se ferment,les essaims entrent en hibernation en attendant la clémence d'Eole via quelque séduction de sa dulcinée et la ville se réfugie dans une sorte de léthargie latente,de compromis avec les éléments.
J'ai encore eu l' immense chance de revivre ces deux aspects contradictoires mais spécifiques de notre Mogador,moi qui suis assez avare de visites,mais combien fut mon bonheur de me retremper dans cette ambiance car elle m' a permis de revoir et de rencontrer avec plaisir des visages et des personnes que je n' espérais plus voir et saluer.Cela relève de ce miracle permanent qu'offre cette ville providentielle au propre comme au figuré.C'était l' occasion aussi de repasser en revue quelques bouts d'histoire de la ville,de faire connaissance avec la descendance de certains illustres Souiris,ceux qui avaient la grandeur des humbles,la noblesse des gens simples,la modestie des sages,tels que Mogador savait et sait produire,mon souhait le plus cher est que cela dure et se perpétue car sans le cachet,le sceau SOUIRI,la ville deviendrait insipide et y perdrait son cosmopolitisme historique et condition sine qua non de son devenir.
Elles sont tellement rares les cités qui peuvent générer autant de pouvoir occulte,de Baraka,de générosité et de convivialité que c'est une Providence,un don de Dieu qu'il faut apprécier comme tel.







bihich46

_________________
fraternellement Ibrahim
avatar
ibrahim
Admin

Localisation : casablanca
Age : 73
Date d'inscription : 09/11/2009
Messages : 681
Points : 1356
Réputation : -1

http://taghartmogadorsouira.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum