Mogador-Taghart-Essaouira _ آلصويرة. ثاغارت. موكادور
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier

Ma ville
أهواك ! مدينتي أهواك يا مدينتي دون غيرك لأني رئيت آلنوربين ظهرانك أهواك حتى لا أهوى سواك ليرفرف ألقلب والفؤاد لك أنا منك مهما أبعدوني عنك وسيضل ألحنين يشدني إليك لن يرتاح البال حتى أزورك ولن تنام عيني حتى أتفقدك لقد قالوا عنك مدينة ألرياح وأجمعوا لك وإليك كل آلسواح بأنكي قبلتهم وراحتهم فقصدوك كثيرا منهم عمروك وأسكنوك وآخرين تملكوا واستثمروا بك فما مكانتي بين هؤلاء وهؤلاء فلا حول ولا قوة لي إلا صبري لا حيلة لي ألا دمعتي وحزني عليك

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Galerie


Le Coran/القرآن الكريم

qui est derière ces messages

Aller en bas

qui est derière ces messages

Message  ibrahim le Mar 16 Fév - 10:24



Hifad le Ven 12 Fév - 7:52

Il n'y a pas longtemps , j'ai reçu un message d'un ami ingénieur et qui me
demande de le faire circuler pour en faire profiter un grand nombre de
gens.Ce message fait la présentation par la photo seulement d'une
dizaine de livres de religion dont j'ignore les auteurs.Il s'est trompé
d'adresse , mais je n'ai pas réagi par respect pour lui.Puis hier, je
reçois un autre message d'un ami diplômé universitaire et dans lequel
il y a un certain nombre de hadith,de versets et de prières et , selon
l'auteur du message ,celui qui fait ces prières , répète tant de fois
telle formule ou verset , cela lui portera bonheur et la fortune
frappera à sa porte.Il faudra l'envoyer à un certain nombre de
personnes et l'auteur insiste à ce que j'envoie ce message et de ne pas
céder à la tentation de Satan et ne pas le faire.Je sais que ce genre
de pratiques est utilisé par les chrétiens sous forme de lettres qu'il
faut envoyer un certain nombre de fois car , par exemple, x en le
faisant a reçu telle somme d'argent d'un parent disparu il y a
longtemps ainsi de suite et dans la pratique , ces religieux , d'une
manière indirecte , envoient une bonne somme d'argent , à au moins une
personne par communauté, choisie au hasard , parmi ceux qui ont fait
circuler ces messages, pour un peu donner de la crédibilité à ces dires
et faire sombrer davantage les pauvres gens dans l'ignorance et
l'obscurantisme. Ce qui m'étonne , c'est que cela vient de gens bien
éclairés .C'est finalement une véritable campagne de propagande pour la
religion qui est en cours en silence.Je dis à l'auteur de ces messages
, que soit maudite la fortune qui peut venir de ce genre de
comportement,que soit maudit le bien qui peut m'arriver ainsi , que
soit maudit le jour où mes ancêtres ont été pris au piège de ces
pratiques diaboliques.Au lieu de m'inviter à croire encore à la table
bien garnie qui descend du ciel , je vous dis que la fortune et le bien
que j'attends , ce sont ceux que vous avez soutirés à mes ancêtres par
ce genre de pratiques diaboliques et qu'il faut maintenant partager
avec moi.Vous exploitez l'ignorance des gens dans laquelle vous les
maintenez par la force des armes pour mieux profiter des richesses du
pays vous et vos associés.Je ne veux pas de votre paradis , ni de votre
religion qui justifie ce genre de comportement.Je n'ai pas peur de
l'enfer de l'au-delà, s'il existe,car il doit être plus doux que celui
dans lequel vous maintenez tout un peuple. C'est revenir au moyen âge
en plein XXI e siècle.Cessez de vous cacher derrière de multiples
masques et de faire pleurer de pauvres gens par vos mensonges .Vous ne
vous adressez pas à leurs esprits , vous choisissez l'arme des faibles
, les larmes , rite des chiites,pour paralyser leur esprit critique et
faire impunément ce que vous voulez dans ce pays. C'est de la
propagande faite par ceux pour qui profite la religion dans ce
pays.C'est de la propagande pour la religion , pour l'ignorance et
l'obscurantisme dans lesquels elle maintient les gens dans ce pays.Que
de simples personnes obscures et faibles d'esprits s'adonnent à ce
genre de pratiques , on comprendrait mais que des gens éclairés cèdent
à ce genre de comportement , c'est très significatif.Notre enseignement
devient dangereux pour notre société s'il forme des cadres-moines.Ce
sera bientôt l'Inquisition à la marocaine!Le débat est ouvert!









Dernière édition par Hifad le Ven 12 Fév - 22:07, édité 2 fois



Hifad
Re: Qui est derrière ces messages ?


Lakhdar Omar le Ven 12 Fév - 21:53

Bonjour Si Hifad,


En lisant ton texte ' Qui est derrière ce message ...', dont l'extrait ci-dessous:





... je reçois un autre message d'un ami diplômé universitaire et dans lequel
il y a un certain nombre de hadith,de versets et de prières et , selon
l'auteur du message ,celui qui fait ces prières , répète tant de fois
telle formule ou verset , cela lui portera bonheur et la fortune
frappera à sa porte.Il faudra l'envoyer à un certain nombre de
personnes et l'auteur insiste à ce que j'envoie ce message et de ne pas
céder à la tentation de Satan et ne pas le faire...



j'en déduis que l'argent du contribuable a été malheureusement dilapidé pour former

une personne plus négative et plus dangereuse que les sauterelles et les maladies contagieuses.

Espérons qu'i fasse le moins possible de dégâts en encadrant ses étudiants!





Lakhdar Omar






Ces gens là !



tilila le Ven 12 Fév - 23:10

Bonsoir Si Hafid
Le sujet que vous abordez est à l'ordre du jour et mérite qu'on s'y arrête.
En effet, de plus en plus de gens s'érigent en détenteurs de vérité
absolue et veulent à tout prix sauver nos âmes "de brebis égarés". Qui
à coups de messages électroniques et d'autres de vive voix. Dans le
tas, il y a beaucoup d'ignorants qui ânonnent leurs abbérations et qui
méritent qu'on accorde de l' indulgence à leur étroitesse d'esprit.
Mais ce qui est à la fois inquiétant et révoltant, c'est quand cela
émane de gens bien éclairés.
Inquiétant : je reprends vos termes "Notre enseignement devient dangereux pour notre société s'il forme des cadres-moines". De quoi sera faite la société Marocaine de demain, si on n'y prend pas garde ?
Révoltant : Si ces cadres sont vraiment de bonne foi, c'est à dire
instrumentalisés, c'est que le fossé qui les sépare des ignorants est
bien mince. Mais reste que ceux-là ont des comptes à rendre : comment
osent-ils, en tant que personnes instruites, s'adjuger le droit de
fracturer nos consciences pour y déposer leur venin ?
Dans les deux cas de figure, l'avenir de nos enfants n'est pas entre de
bonnes mains, et là, le titre de votre sujet est vraiment approprié.

Tilila

PS : Après avoir lu les extraits ci-dessous que je tiens à partager
avec vous, je dirai que les conditions et qualités y mentionnées font
ressortir une simple discipline : à savoir que l'éducation de nos enfants doit être
basée sur des valeurs fondamentales (comme le respect de l'autre, la
solidarité, le travail, la dignité, le sérieux, la sincérité, le
partage du savoir, et surtout l'amour du prochain qu'elle que soit sa
confession), cela peut engendre une société saine et productrice qui peut
atteindre les sommets. Et cette discipline relève en premier lieu des
parents et des enseignants, car s'ils faillissent dans leurs tâches
complémentaires, ils laissent la porte grande ouverte à "ces gens-là".






La Prédication dans l'Islam

Cheikh Abdul-Aziz Bin Baz
Extrait de livre: " Ad-Da'wah"
Pour lire l'article en anglais
Islaam





La
prédication en Islam impose des conditions et des qualités qu'Allah a citées à plusieurs reprises dans différents Versets
Coraniques:


La sincérité:


Il
est nécessaire que celui qui appelle à l'Islam soit sincère ayant
l'intention d'appeler pour l'amour de Dieu le Tout Puissant. Il ne doit
pas avoir le désir de se faire remarquer, ou le désir d'avoir une bonne
image devant tout le monde. Il ne doit non plus espérer les louanges et
les récompenses du peuple.
La Connaissance:

Pour
appeler à l'Islam, il faut avoir une connaissance dans la religion
d'Allah. En effet, l'ignorance, au lieu de corriger et améliorer,
détruit la vocation et la corrompt.


La Morale:


Parmi
les valeurs morales que doit avoir le prédicateur sont la modération
dans la vocation, la gentillesse et la patience. Tous les Messagers
d'Allah avaient ces valeurs. Il faut éviter d'être dur et sévère, mais
soyez doux et patients.


L'application:


Il
est nécessaire aussi que les pratiques du prédicateur soient conformes
à ce qui appelle pour. Il ne doit pas inciter les gens à faire une
chose qu'il ne fait pas lui-même, et il ne doit non plus inciter les
gens à abandonner une chose qu'il n'a pas abandonnée. Dans le cas
contraire, il sera parmi les perdants, et nous cherchons refuge auprès
d'Allah contre ceci. Les vrais croyants sont ceux qui appellent à la
vérité, appliquent ce qu'ils appellent pour, se précipitent vers la
vérité et évitent tout ce qui est illicite. Ce sont certes les qualités
de ceux qui vont réussir et qui seront récompensés.
La patience:

Pour
propager la vocation de l'Islam, il faut avoir aussi une personnalité
digne et un comportement excellent, gardant sa patience et appelant à
la patience. Il faut être sincère dans sa prédication, motivé pour
propager le bien parmi les Hommes et les maintenir loin du mal.





tilila




Petite correction



tilila le Sam 13 Fév - 0:05

PS : Après avoir lu les extraits ci-dessous que je tiens à partager avec vous, je dirai que les conditions et qualités y mentionnées font ressortir une simple discipline : à savoir que l'éducation de nos enfants doit être basée sur des valeurs fondamentales (comme le respect de l'autre, la solidarité, le travail, la dignité, le sérieux, la sincérité, le
partage du savoir, et surtout l'amour du prochain qu'elle que soit sa confession), cela peut engendre une société saine et productive qui peut atteindre les sommets. Et cette discipline relève en premier lieu des parents et des enseignants, car s'ils faillissent dans ces deux tâches complémentaires, ils laissent la porte grande ouverte à "ces gens-là".




tilila




Re: Qui est derrière ces messages ?



Hifad le Sam 13 Fév - 14:20

""....à savoir que l'éducation de nos enfants doit être basée sur des valeurs
fondamentales (comme le respect de l'autre, la solidarité, le travail,
la dignité, le sérieux, la sincérité, le
partage du savoir, et surtout l'amour du prochain qu'elle que soit sa confession...""
Je partage parfaitement toutes ces valeurs et j'ajoute que nous ne devons pas les enseigner d'une manière théorique et verbale, comme cela se fait aujourd'hui ,mais de les transformer en comportements chez l'apprenant et non à les lui faire mémoriser pour passer un examen et les oublier juste après , ce qui constitue aujourd'hui le vrai talon d'Achille de notre enseignement .Il faudra introduire l'enseignement des trois religions à partir de la terminale à un âge où l'élève est capable de choisir de se convertir à telle ou telle religion ou pas , en toute liberté.Aujourd'hui , contre la volonté des parents et de leurs enfants , on impose l'Islam aux élèves dès le primaire.S'il y avait de la démocratie au Maroc , s'il y avait de vraies associations de parents d'élèves dignes de ce nom , personnellement , je n'aurais jamais accepté qu'on enseigne de religion à mes enfants à cet âge là .Je ne suis pas contre qu'ils se convertissent à la religion de leur choix une fois devenus conscients.Eux et moi ,nous avons subis les sévices d'une religion que nous n'avons pas choisie.Deux de mes enfants sont devenus ultra religieux à mon grand désespoir.C'est comme si on me les a volés parce que d'autres ont utilisé la force des notes ,de la loi et des armes pour faire de mes enfants ce qu'ils veulent à mon grand désespoir.Je ne suis pas le seul parent au Maroc à souffrir de cette situation.Que les lois leur assurent la protection nécessaire et on entendra ce qui se dit de bouches à oreilles presque d'une manière clandestine depuis cinquante ans .De notre temps, il y avait au moins des professeurs français, de formation laïque , qui assuraient un équilibre face à l'enseignement traditionnel quasi religieux et dogmatique de nos professeurs d'arabe et de religion .Pour ma génération de professeurs , nous avons continué la même mission : ma séance a toujours été une bouffée d'air frais pour mes élèves qui supportaient mal le fanatisme de certains de mes collègues.Aujourd'hui avec notre départ , c'est la génération de l'arabisation qui prend la relève : pour les dits bilingues ou monolingues , ils sont les mêmes , tous passés au même moule de l'arabisation et de l'islamisation à outrance.Il n'y a pas de quoi s'étonner aujourd'hui si tous les pays arabes risquent d'être déstabilisés par les dits terroristes islamistes qui ne sont que le résultat de leur propre enseignement après l'indépendance.Une seule langue et une seule religion imposées dès l'enfance ne peuvent donner que de tels résultats.Quand on écoute quelqu'un comme Mohammed Lahbabi dire qu'il faut revenir à la religion , nous pouvons comprendre ce qui se passe au Maroc.L'USFP a perdu énormément d'électeurs mais il ne veut pas admettre que c'est à cause de ses positions face à la question amazighe .Pour ne citer qu'Agadir ,où la majorité des habitants était des adhérents de l'USFP grâce à son opposition sincère au régime à l'époque .Les amazighs partageaient ses idées et croyaient qu'en tant que premier parti d'opposition , il comprendrait mieux leurs revendications.Ils se sont trompés à son sujet et réciproquement.Et c'est pour cela qu'un homme comme Lahbabi préconise un retour à la religion pour trouver des coalitions avec d'autres partis qui ont la même position car la religion est une arme entre les mains des défenseurs de l'arabisation et de la religion et le moyen de garder les amazighs qui tiennent à l'Islam par ignorance ou par peur pour la majorité: le Coran =la langue arabe =le pouvoir arabe , aussi simpliste que soit cette vision, c'est la leur , ce n'est pas la mienne.L'Iran , la Turquie et le Pakistan , pour ne citer que ceux là , sont là pour nous prouver qu'on n'a pas besoin de la langue arabe pour être musulman.C'est une vérité que les amazighs doivent comprendre .Ils ne font pas encore de différence entre être musulman et être amazigh et une armada de talbs incultes , mais qui reçoivent des consignes précises de leurs supérieurs , embrigadent nos amazighs analphabètes même s'ils sont majoritaires et c'est ce qui fait la force de nos détracteurs.Oui , nous sommes majoritaires , mais les responsables ont toujours laissé exprès les zones amazighes sans écoles , sans infrastructures pour rester en position de force.Un amazigh= agharas , le droit chemin , le sérieux de par sa culture maternelle basée sur la solidarité des membres de la famille et si vous y ajoutez la religion , c'est la catastrophe , c'est le radicalisme absolu.Pour vous donner mon exemple: je trimais comme un fou parce que mon éducation maternelle m'a préparé à travailler et à rester dévoué pour le groupe.On ne triche pas , on travaille et c'est tout .Celui qui est tombé malade est pris en charge par tous .Il n'y a pas de bien individuel, tout appartient à tous et à chacun.Lorsque je suis dans la fonction publique , je faisais la même chose et je m'attendais toujours à ce que d'autres fassent la même chose et me manifestent leur reconnaissance et leur solidarité.Mes collègues arabophones se moquent un peu de moi au point qu'on m'a toujours reproché de prendre les choses trop au sérieux sans qu'ils sachent pourquoi ni se poser de questions.Je me suis rendu compte que je ne suis pas dans le groupe et le milieu naturel pour lesquels je suis préparé par mon système de socialisation amazigh.Et j'ai commis un jour une grave erreur, que j'estimais nécessaire, vis-à-vis de ma petite fille (c'est tassila , elle est avec nous)qui commençait à peine à parler.Une fois elle a cassé un verre , et j'ai constaté qu'elle a tellement peur de sa mère et lorsque celle-ci est arrivée , je lui ai dit que c'était moi .J'ai voulu lui éviter les cris de sa mère et aussi apporter une petite touche nécessaire à ma propre éducation maternelle basée sur la valorisation de la vérité et la condamnation du mensonge , condition de la survie du groupe.Quelques mois après , elle a refait la même bêtise et avant que j'intervienne , elle m'a pointé du doigt en disant à sa mère que c'était moi qui ai cassé le verre.Voilà une petite histoire vraie ou une situation-problème à méditer dans ce sens.On peut faire des enfants ce qu'on veut lorsqu'ils sont encore petits et nous, les parents, nous sommes un peu lâches en profitant de ce bas âge pour leur inculquer des choses qu'ils rejettent souvent par la suite et c'est pour cela que je préconise qu'on laisse l'enseignement des religions et des problèmes qui relèvent de la liberté individuelle pour un âge avancé.Si on libère au primaire et au collège les heures de la religion et du français pour l'apprentissage de l'amazigh en plus de l'arabe et de l'anglais , nous aurons gagné beaucoup de temps, lancé notre enseignement sur le bon chemin qu'il devrait prendre depuis le début de l'indépendance et épargné à notre pays tous les risques de déstabilisation qui pèsent sur lui.Il ne suffirait pas d'avoir un bon dispositif sécuritaire contre le terrorisme si l'État en même temps finance, par notre propre argent, la formation dans ses écoles de candidats au terrorisme.D'ailleurs la monarchie marocaine ne se repose plus absolument sur la légitimité religieuse , comme par le passé, mais sur sa puissance économique et ses groupes sont les premiers au Maroc.Elle peut facilement prendre ses distances vis-à-vis de la religion , contribuer à la naissance d'une société démocratique où chaque marocain trouve sa place en mettant un terme au pouvoir des talbs et de certains enseignants charlatans qui détruisent plus qu'ils ne construisent et constituent un danger pour tous.Ils deviennent de plus en plus agressifs avec leurs hauts parleurs partout.Mêmes les chauffeurs de taxi vous imposent l'écoute de discours religieux subversifs et obscurs .Ce ne sont pas des étrangers qui sont seulement dérangés mais nous aussi et comment s'élever contre cela avec les lois quasi martiales actuelles ?


Article auquel j'ai fait référencer à propos de Mohamed Lahbabi et l'ISFP:


Mohamed Lahbabi : "La gauche traditionnelle est morte. Elle ne peut revivre qu’en intégrant l’islam et la démocratie"




Mohamed Lahbabi , Professeur universitaire et membre fondateur de l’USFP (Union socialiste des forces populaires)
Intellectuel,
homme de principes, enseignant et leader historique de l’UNFP (Union
nationale des forces populaires) puis de l’USFP (Union socialiste des
forces populaires), Mohamed Lahbabi, de par son honnêteté et son
expérience, bénéficie du respect de la gauche marocaine et de la classe
politique en général. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de
référence sur la politique marocaine et l’économie. Si ses détracteurs
tentent de le marginaliser, celui qui est aujourd’hui âgé de 85 ans a
le mérite de ne pas user de la langue de bois tout en adoptant un
discours modéré et cohérent. La déportation de Mohammed V en août 1953
fait partie des événements qui ont marqué la vie de ce militant
chevronné. En mars 1965, il a fait une intervention au Parlement pour
dénoncer les exactions du régime. Ce qui a provoqué la colère de
l’ancien monarque qui a demandé au ministre de l’Enseignement de rayer
Mohamed Lahbabi des cadres de son département. Mais Lahbabi était avant
tout l’ami intime de Aberrahim Bouabid, membre fondateur de l’USFP,
avec qui il a passé six mois derrière les barreaux à Missour en 1981
pour avoir remis en cause le référendum de Hassan II sur le Sahara.
L’Ittihadi a une vision plutôt optimiste pour le Maroc des trente
prochaines années. Pour lui, l’affaire Aminatou Haidar aurait très bien
pu être menée par l’ancien ministre de l’Intérieur Driss Basri. A
l’occasion du 66è anniversaire du manifeste de l’Indépendance, Mohamed
Lahbabi a envoyé une lettre au Premier ministre Abbas El Fassi
demandant la transformation de la monarchie makhzenienne en monarchie
citoyenne par le biais d’un nouveau parti de la gauche musulmane. Selon
lui, la croyance est une affaire personnelle qui se négocie directement
avec Dieu. Ce qui explique qu’il applaudisse devant les militants du
MALI qui voulaient rompre le jeûne publiquement. Dans cette interview
accordée au Journal Hebdomadaire, Mohamed Lahbabi tire à boulets rouges
sur Mohamed El Yazghi, Driss Lachgar et Fathallah Oualalou et imagine
ce que serait une USFP avec Aberrahim Bouabid.
Interview :
Comment évaluez-vous la situation politique du pays ?
Depuis l’accession de Mohammed VI au trône, il y a une bataille entre
la monarchie citoyenne et la monarchie makhzenienne. L’une pousse et
l’autre la retient. Le conflit n’est pas gagné, mais la victoire est en
marche. Cela prendra vingt ou trente ans, ce qui n’est rien pour un
pays qui a vécu sous une monarchie makhzenienne très forte depuis des
centaines d’années.
Est-ce que le rôle du makhzen a changé ?
Le peuple marocain veut un Pouvoir monarchique. Il veut que l’on
respecte sa religion de façon moderne. En même temps, il est assoiffé
de progrès et de dignité. Le makhzen rabaisse les partis et les hommes
à la soumission et non pas à la dignité. Environ dix ans avant sa mort,
Hassan II nous avait reçus à Ifrane, Bouabid, Radi et moi-même pour
discuter de la situation politique du pays. Radi et moi avons été
accueillis par Driss Basri dans un grand hôtel de la ville et il nous
avait dit : «Notre politique est de discuter avec des gens soumis, vous
devez vous soumettre pour obtenir des choses !» Aujourd’hui on ne peut
plus dire ça. Il y a donc davantage d’espoir…
La politique vis-à-vis du Sahara vous paraît-elle logique ?
En 1981, nous avons fait six mois de prison, avec Aberrahim Bouabid,
parce que nous avions en tant que bureau politique de l’USFP, publié un
communiqué en disant que le référendum que demande le Maroc était
inacceptable. Si le Sahara est marocain, on ne doit pas faire un
référendum ! Driss Basri a appliqué les années de plomb au Sahara.
Récemment, Aminatou Haidar a été renvoyée comme si elle était
étrangère. C’est une aberration qu’aurait pu commettre D. Basri. On ne
chasse pas quelqu’un de son pays ! Toutefois, je pense que grâce à la
régionalisation avancée, le problème du Sahara sera résolu dans cinq
ans.
Qu’en est-il des partis politiques ?
Les partis, c’est la soumission et la voracité pour bénéficier des
biens matériels et politiques. L’exemple de Lachgar est totalement
manifeste. Il était pro-El Yazghi parce qu’il lorgnait un poste de
ministre. Lorsqu’il ne l’a pas eu, il a changé de discours. Il a parlé
du PJD pour faire peur et pour allécher. Il n’a pas été élu au conseil
de la ville. Et ce, parce qu’il ne voulait pas rendre visite aux gens
des quartiers populaires comme Takaddoum.
La nomination de Lachgar est-elle une manière d’isoler le PJD ?
Oui. Mais c’est plus profond que cela. C’est pour lui faire peur. Lui dire qu’il peut être maté à tout moment.
Etes-vous en faveur d’un rapprochement avec le PJD pour obtenir une constitution démocratique ?
A l’heure actuelle, l’USFP est incapable de prendre une orientation
politique précise. Lachgar s’est fait désirer par le PAM. L’USFP n’a
pas été capable de le remettre à sa place. Autre chose : Bouabid et
moi-même n’aurions jamais accepté d’être maire de la capitale du Maroc
avec moins de cinq pour cent des voix. Ce n’est pas représentatif du
peuple puisque ce pourcentage ne représente pas les votants. Si
Bouabid était encore en vie, nous serions ouverts à toutes les
discussions avec n’importe quel parti. Même avec le PAM. Mais sur un
programme précis, aussi bien dans les objectifs que dans les actes.
Même avec Al Adl Wal Ihssane ?
Je pense que le PJD va fusionner avec Al Adl Wal Ihssane après la mort
de Cheikh Yassine. Nous pouvons encourager Al Adl Wal Ihssane à donner
à Nadia Yassine le rôle de porte-parole. Les prises de positions de
cette femme sont très importantes. Voilà un point d’accord.
Radi devrait-il quitter la direction de l’USFP ?
C’est un honnête homme. Mais du juste milieu. Il devrait se retirer
pour laisser la place aux jeunes. Il pourrait alors les conseiller de
par son expérience. Il ne doit pas y avoir des gens de plus de 60 ans
au bureau politique.
Et que pensez-vous d’El Yazghi ?
C’est un petit Staline. Avec tous les défauts de Staline et sans ses
qualités. Je l’ai dit à l’avant-dernier conseil national. Je me
souviens que Hassan II nous avait convoqués à Skhirat, El Yazghi, Radi
et moi-même. Nous devions parler de Youssoufi qui était à Cannes. Au
cours de la discussion, El Yazghi avait lâché à Hassan II : «Majesté,
vos paroles sont pour nous une constitution» ! Avec Radi, nous étions
outrés. Par la suite, El Yazghi a été nommé ministre…
A votre avis, qu’est-ce qui a poussé Youssoufi à rentrer au Maroc ?
L’objectif d’El Yazghi était que Youssoufi ne soit pas Premier
ministre. Driss Slaoui m’avait appelé et dit : «Boby, la situation est
très grave, même la monarchie peut être touchée. Vous nous avez fait du
mal et on vous a fait du mal. Sa Majesté est prêt à effacer le passé.
Va voir Youssoufi à Cannes pour le convaincre de prendre la tête du
gouvernement.» Le lendemain, j’ai pris l’avion et je l’ai convaincu.
La gauche est-elle morte aujourd’hui ?
La gauche traditionnelle est morte. Elle ne peut revivre qu’en
intégrant l’islam et la démocratie. Il y a des gens valables noyés
dans une masse d’arrivistes. Pour la décennie 2010-2020, la vie
politique va se redresser par la constitution de trois grands partis :
un parti de la gauche musulmane (USFP, Istiqlal, PPS), un parti de la
droite musulmane (PJD, Al Adl Wal Ihssane) et un parti de la
modernisation du makhzen (PAM). Ils seront entourés de petits partis.
Le premier est un nouveau concept basé sur une lecture du Coran sur la
base de la foi, de la science et de la raison et non pas sur la base
d’une soumission absolue à la tradition de lecture. La Koutla n’a rien
donné, ce n’est pas une solution. Je propose le parti de la citoyenneté
et de la modernité. Nous ne voulons pas de makhzen, ni modernisé ni
archaïque. Nous voulons une monarchie de citoyenneté. L’islam est par
définition laïc. L’islam, c’est la relation entre l’homme et Dieu.
Beaucoup de choses qui ont été écrites dans le Coran l’étaient
uniquement pour la société arabe du VIIè siècle.
Vous voulez dire que l’Etat n’a pas à intervenir dans la religion ?
L’homme est libre de faire et de penser ce qu’il veut. Il y a l’enfer
et le paradis. Je soutiens les jeunes du MALI. Si une jeune femme a
décidé de manger dans la rue pendant le ramadan, c’est entre elle et
Dieu. Nous, gauche musulmane, nous applaudissons. L’affaire du MALI est
une bombe contre la droite musulmane.
Propos recueillis par Hicham Bennani
Le Journal Hebdomadaire, janvier 2010




Hifad




Demain il fera jour !!!



tilila Hier à 1:35

Bonsoir Si Hifad.

Je commencerai par cette très belle phrase de kennedy qui résume ma vision :
"Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais plutôt ce que que vous pouvez faire pour votre pays".

Avec mon respect pour la vôtre, permettez moi de vous faire remarquer que pour réussir à se maintenir debout dans un pays où ceux qui courbent l'échine sont ceux-là mêmes qui le gouverne, il faut se faire une raison et appréhender le quotidien avec philosophie et intelligence : prendre son dû et non pas le mendier, ne compter qu'avec que l'on peut donner et non pas avec ce que l'on peut recevoir.

Je sais que vous faites partie de ceux qui n'ont jamais "tendu la main", mais on décèle dans vos propos une quête de perfectionnisme qui frise l'utopie :

"Lorsque je suis dans la fonction , je faisais la même chose et je m'attendais toujours à ce que d'autres fassent la même chose et me manifestent leur reconnaissance et leur solidarité.Mes collègues arabophones se moquent un peu de moi au point qu'on m'a toujours reproché de prendre les choses trop au sérieux sans qu'ils sachent pourquoi ni se poser de questions"

Là, vous parlez d'un petit groupe restreint, qu'attendre alors de tout un système déglingué qui ne tourne pas dans le sens souhaité ? Je connais ce terrible sentiment d'impuissance qu'on éprouve quand on œuvre pour l'intérêt général et qu'on vous regarde comme un paria : ça commence par de la tristesse pour passer à la déception et l'amertume, et ça finit dans la colère qui nous bouffe tout cru... mais sans rien arranger.

Nous sommes tous jaloux de notre pays et souhaiterions le façonner à la meilleure image qui soit, mais ce n'est pas aussi simple que ça, il faut que la machine suive et pour l'instant le mécanisme est encore enroué.
Ce n'est pour autant qu'on doit s'arrêter à ce que l'on souhaiterait : chacun de nous doit aller de l'avant avec les moyens à sa portée afin d'aménager aux futures générations un environnement sain où elles pourraient cultiver avec responsabilité leurs potentialités. Pour ce faire, il faut savoir les armer dès la petite enfance contre tout courant extérieur susceptible de faire dévier les rails du parcours que nous leur avons tracé avec des garde-fou. Nous avons de l'énergie et de la volonté à revendre, utilisons-les à bon escient au lieu de nous épuiser au jeu de la patate chaude en éludant nos responsabilités.

Par ailleurs, je suis tout à fait d'accord avec vous concernant la liberté du choix de leur religion aux enfants, j'ai moi-même 3 enfants adultes que nous avons élevé dans le respect des valeurs sans jamais mettre l'accent sur
la religion. Ils sont passés entre les mailles de l'arabisation grâce au choix de lycées techniques où les matières principales sont enseignées en français, après le bac, nous nous sommes saignés aux quatre veines pour les envoyer finir leurs études à l'étranger. C'était le début de la ruée vers l'apparat et l'immobilier au Maroc. Et pendant que nous investissions notre énergie et nos espoirs dans cette entreprise familiale, autour de nous (collègues, voisins, relations), la frénésie de l'arrivisme battait son plein, avec le poids des crédits pour papa, et les feuilleton égyptiens qui grignotaient quotidiennement le temps et l'esprit de maman : démission totale !
Le gouvernail ayant ainsi échu aux seules mains de l'enseignant pas très calé, déboussolé lui-même par l'arrivisme, et par ricochet du niveau bas de ses élèves et du coût élevé de la vie... la houle a eu raison de la chaloupe.

Voilà les vrais maux qui rongent notre société, Si Hifad: des parents démissionnaires, des enseignants sans conscience professionnelle ou sans conscience tout court, et un système défaillant : trois facteur essentiels de la colonne vertébrale d'une société en voie de développent. Ce qui a permis à toutes sortes de vermines d'élire domicile dans nos bidons villes, nos mosquées et jusqu'à dans les consciences les mieux protégées, entre autres celles de ceux dont les envois électroniques ont déclenché ce débat.

Ce qui fait ressortir que toute société est un travail qui doit se faire par toute les composantes qui la constituent.

Avec toute ma considération

Tilila



PS :
La politique et les politiciens ne sont pas ma prédilection, mais ça ne m'empêche pas de jeter de temps à autre un regard inquisiteur sur ces représentations ubuesques que sont devenus nos partis politiques. j'ai opté pour la lucidité et le pragmatisme pour discerner l'essentiel afin de le rentabiliser.




tilila
débat qui estderrière ces messages




naima bouingal Aujourd'hui à 15:51

Un peu de philosophie

Les souhaits de la créature, qu'ils soient exprimés en mots ou non sont connus de Dieu et toutes les explications qu'on peut vouloir donner de ses besoins semblent être inutiles puisque Dieu voit très bien ce qui nous manque . De même les déclarations portant sur notre intention sont superflues car Dieu pénètre à l'intérieur de nous et voit la qualité de nos intentions.Objectivement tout ce qu'on peut lui dire est inutile puisqu'il le sait.Subjectivement cependant la prière est necessaire pour notre bien subjectif.En tant qu'homme, nous ne pouvons nous rendre compréhensibles nos concepts qu'en les habillant de mots. c'est de cette manière que nous pouvons nous représenter de manière vivantes nos souhaits pieux et notre confiance en Dieu.
La prière est necessaire d'un point de vue moral lorsqu'elle a pour but d'ériger en nous des intentions morales mais jamais comme moyen pour satisfaire nos besoins .Elle sert à attiser dans notre coeur la flamme de la moralité. Il est particulièrement insensé de vouloir parler avec Dieu car on ne parle qu'avec une personne qu'on voit. Dieu , on ne peut que croire en lui et non parler avec lui.quand il prie, l'homme converse avec lui même et exprime ses pensées en mots. C'est un moyen subjectif necessaire pour donner de la force à son âme .Nous ne servons pas Dieu avec des mots , des cérémonies et des grimaces mais en exprimant par nos actions nos intentions ferventes à son endroit .La prière incessante et insistante paraît être une mise à l'épreuve de Dieu par laquelle nous cherchons à l'inciter ( à lui forcer la main ) à répondre à nos désirs.La question se pose de savoir si une telle prière à des effets. Seule une prière morale et qui s'accorde avec la sagesse divine peut-être exaucée. Prier dans la foi signifie prier Dieu pour une chose que nous pouvons raisonnablement espérer obtenir de lui . Si je prie pour des biens temporels ma prière n'est pas encrée dans la foi. Si je prie pour des biens d'ordre moral avec une intention pure ma prière est encrée dans la foi.
Ne pouvons nous pas attendre de la bonté de Dieu qu'il nous pardonne tous nos vices si nous l'en prions et l'en implorons ardemment? Non car la représentation d'un juge bon renferme en soi une contradiction.Un juge doit être juste . Si Dieu pardonnait tous les vices il pourrait aussi à ce compte les autoriser et les rendre impunissables. La loi morale est aussi necessaire et eternelle que Dieu lui-même.La justice divine implique plutôt l'attribution précise des récompenses pour la bonne conduite et des peines pour la mauvaise conduite.. La volonté de Dieu est immuable.Par conséquent on ne peut espérer qu'en le priant et en l'improrant , Dieu accordera tout ce qu'on demande.car ce ne serait plus la bonne conduite qui importerait mais uniquement les prières et les implorations . l'idée d'un juge bon est une absurdité et notre pensée ne peut s'y faire..En lui demandant d'être bon nous demandons à un tel juge de fermer les yeux pour cette fois ,de se laisser corrompre par des flatteries et des prières. Extrait de leçon d'éthique De Kant.
envoyée par naima Bouingal




naima bouingal




Re: Qui est derrière ces messages ?



Hifad Aujourd'hui à 16:41

C'est l'éthique de ceux qui ont crée Dieu à leur image et en ont le monopole et fonctionnent comme une véritable entreprise religieuse qui défend ses intérêts partout à travers le monde.Depuis l'Antiquité , la religion a toujours été le moyen utilisé par les puissants pour exploiter leurs semblables.A l'idée et à l'éthique d'un Dieu abstrait des habitants d'un désert, j'oppose tout simplement l'éthique d'un simple être humain qui n'ose pas créer un autre Dieu , mais qui avoue en toute humilité ne rien savoir et ne rien vouloir savoir,un être humain qui veut profiter de cette vie et de ce paradis terrestre, les seuls vrais et logiquement acceptables , connus , palpables et qui n'ont besoin d'aucune démonstration.S'il doit y avoir de Dieu , de paradis et d'enfer , ce sont les miens et je les assume.Tout le reste n'est que mensonge et hypocrisie pour exploiter d'autres et ne pas partager avec eux ce paradis terrestre.Les premiers hommes qui plaçaient le paradis sur terre étaient plus sages que nous.Donnez-moi les moyens de vivre comme un prince sur cette terre et gardez votre ciel et ce qu'il contient car c'est la seule certitude de l'homme ici-bas tout le reste n'est que verbiage et faux espoir que ceux qui en profitent , font gober aux désespérés et aux démunis de ce monde jusqu'à ce que la mort les débarrasse d'eux.Vive la vie !Vive la richesse ! Il faut partager de gré ou de force,je ne crois pas à l'inconnu ,telle est mon éthique!




Hifad
avatar
ibrahim
Admin

Localisation : casablanca
Age : 73
Date d'inscription : 09/11/2009
Messages : 681
Points : 1356
Réputation : -1

http://taghartmogadorsouira.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum